Comment booster son système immunitaire

Qu’est ce qui peut impacter notre immunité :

  • 1 : Une alimentation mal équilibrée
  • 2 : Le stress
  • 3 : La sédentarité
  • 4 : Le manque de sommeil
  • 5 : Certains déficits

Comment y remédier ?

1) Une alimentation type méditerranéen, va optimiser la santé et l’immunité

  • Légumes et crudités à chaque repas
  • Fruits frais et secs 2 à 3 fois par jour
  • Légumineuses 2 à 3 fois par semaine
  • Protéines animales ou végétales en privilégiant les petits poissons gras, 2 à 3 fois par semaine
  • Consommer des aliments fermentés, choucroute, kéfir, kombucha, fromages frais vieillis de chèvre et brebis
  • Céréales complètes, quinoa, millet, sarrasin, petit épeautre
  • Éviter les aliments raffinés, pain blanc, riz blanc, gâteaux industriels, céréales du petit déjeuner…
  • Éviter les aliments transformés, plats préparés, chips, crèmes glacées, soupes en sachets, nouilles instantanées, pizzas surgelées…

2) Lutter contre le stress

  • La méditation
  • La cohérence cardiaque
  • La relaxation
  • Le yoga
  • Le tai chi
  • La marche
  • La natation
  • Une pratique artistique
  • La psychologie positive
  • La prise de magnésium, 300 à 600 mg/jour

3) L’exercice physique régulier

  • Il doit être modéré
  • 1h par jour, ou 3 ou 4 h/semaine
  • La marche, la course, le vélo, le tennis, la natation, la danse, la gymnastique, le jardinage…

4) Le manque de sommeil

Conseils pour bien dormir : pas d’excitants après 15h (thé, café, sodas …) ; Éteindre les écrans 1h avant d’aller se coucher ; Éviter le sport après 17h, Dîner léger en évitant les protéines animales.

En soirée, créer une ambiance calme, musique douce, lumière tamisée, créer un rituel, avoir des pensées agréables et relaxantes.

5) Quels déficits ?

La Vitamine D

Agit sur de nombreuses fonctions, essentielles pour l’immunité. Les UV B du soleil agissent sur notre peau et nous la fabriquons sous nos latitudes (cela est possible seulement de mi avril à mi octobre), 30 minutes d’exposition entre 11h et 16h sur la peau nue sont suffisantes.

En dehors de cette période où la trouver ? Dans les poissons gras, sardines, maquereaux, harengs, saumons, thons, dans l’ huile de foie de morue.

Dans des compléments, la vit. D3 est la meilleure. En prise journalière ou hebdomadaire. Pour les enfants, 1000 à 1200 UI par jour. Pour les adultes, entre 2000 et 3000 UI par jour.

Le zinc

À un rôle très important également dans la fonction immunitaire. Il est souvent carencé chez les seniors. Où le trouver ? Dans les fruits de mer, les poissons, dans le foie, le bœuf, le veau, dans les graines et épices (sésame, cacao, curry…).

Dans des compléments alimentaires à base de gluconate ou bisglycinate de zinc (15 à 20 mg par jour en préventif).

La vitamine C

Agit aussi sur l’immunité, en fabriquant, entre autres des anticorps. Où la trouver ? Dans les légumes crus, choux, poivrons, les fruits crus, agrumes, fruits rouges ( même surgelés), cassis, framboises, myrtilles, fraises, kiwi, ananas, pamplemousse rose. Quelle dose prendre ? En préventif 1g par jour pendant la période hivernale pour les adultes, 300 à 500 mg pour les enfants. En cas d’épisode infectieux pour les adultes 4 à 6 g par jour en 4 à 6 prises.

Le fer

Les carences sont fréquentes chez les femmes et les enfants. Où le trouver ? Dans la viande rouge, le boudin, les abats, les poissons, les fruits de mer. Dans les légumineuses et certaines céréales complètes, les noix de cajou. Il sera mieux absorbé en présence d’un aliment riche en vitamine C. Avant tout traitement médicamenteux, toujours contrôler le stock de fer par une prise de sang.

Le sélénium

On le trouve dans les abats, le foie, les rognons, les noix du Brésil, les poissons gras et dans certains complexes vitaminiques.

La vitamine E

Elle est surtout intéressante après 65 ans. On la trouve dans les huiles et oléagineux. Dans les poissons gras, le foie de morue (100 à 200mg/jour conseillé).

Les probiotiques et les prébiotiques

Où les trouver ? Dans les aliments fermentés, kéfir, choucroute, cornichons, miso, kombucha. Dans des compléments : 1 ou 2 cures d’ 1 mois pendant l’hiver renforce l’immunité efficacement. Les prébiotiques nourrissent notre microbiote Où trouver les prébiotiques ? Dans les légumineuses cuites, les poireaux, les asperges, les salsifis, l’ail, l’oignon, les endives, l’artichaut, tous les aliments riches en fibres… Les probiotiques enrichis par les prébiotiques, le mucus, et les structures lymphoïdes qui occupent notre tube digestif représentent au minimum 60 à 70 % de notre immunité.

Choisir une huile essentielle

Plusieurs critères sont nécessaires pour choisir une huile essentielle de qualité.

L’idéal est de connaître les producteurs et distillateurs, sinon d’avoir le maximum d’informations (origines, dates, méthodes) grâce à des revendeurs honnêtes et sérieux.

Vous devez ainsi être capable d’obtenir les informations suivantes (sur l’étiquette ou auprès du vendeur) :


– Le nom botanique de la plante en latin :
De nombreuses espèces botaniques existent pour une même plante, et elles n’ont pas toutes les
mêmes propriétés. Exemple : Eucalyptus globulus, Eucalyptus citriodora, Eucalyptus radiata.
N.B. : en plus du nom latin, vous constaterez aussi l’ajout des lettres ct. Il s’agit du chémotype : le
composant majoritaire de l’huile servant à identifier une plante par rapport à une autre, du même
genre et de la même espèce.


– Le pays d’origine de la plante :
Les composants biochimiques changeront selon le lieu de culture de la plante. Exemple : Le Géranium bourbon de Madagascar contient plus d’esters (calmants) que le Géranium rosat qui a plus de monoterpénols (toniques).


– La partie distillée :
L’effet de l’huile, et même sa qualité, dépend de la partie de la plante qui est distillée. La distillation
des aiguilles du Cedrus atlantica (Cèdre de l’Atlas) donne une huile euphorisante, alors que la
distillation de sa résine a des propriétés calmantes.


– La date de distillation :
Les essences d’agrumes ont une durée de vie très courte (un an environ), alors que les huiles
essentielles de racines et de bois se gardent bien plus longtemps et peuvent s’améliorer avec le
temps. Pour augmenter leur durée de vie, conservez toujours les huiles dans un endroit à l’abri de la lumière et de la chaleur, et évitez d’ouvrir le flacon pour limiter l’oxydation.
Ce phénomène de détérioration de l’huile se produit lorsque l’oxygène, la lumière ou la chaleur entre en contact avec l’huile essentielle. L’oxydation peut rendre une huile irritante pour la peau.
Elle intervient naturellement après une période de un à trois ans pour les huiles contenant une
majorité de monoterpènes, d’oxydes et de phénols, et plus lentement pour les autres familles
chimiques.


– La mention 100 % naturelle et pure :
Privilégiez les huiles issues d’une production biologique, surtout quand elles viennent de plantes
sauvages. Il est important d’avoir une origine claire de la part du revendeur ou du distillateur. Pour
connaître la pureté de l’huile, vous pourrez vous référer aux rapports GC/MS que les revendeurs
doivent vous fournir pour chaque huile.
Le GC/MS (Gas Chromotography/Mass Spectrometry) est l’appareil utilisé pour établir les analyses chimiques qui déterminent la composition d’une substance. Il est employé en aromathérapie pour déterminer avec précision les composants chimiques d’une huile essentielle, pour vérifier sa pureté, ou sa teneur en composants chimiques et autres produits (pesticides, molécules de synthèse…).


– Le prix :
Les huiles essentielles de qualité ne peuvent pas être bon marché vu le temps, le savoir-faire et la
quantité de plantes nécessaires à l’obtention de petites quantités d’huile (par exemple : pour 1 kg
d’huile essentielle de Rosa Damascena (Rose de Damas), il faut environ 4000 kg de roses). En
général, il est conseillé d’utiliser les huiles essentielles en très faible quantité, du fait de leur
préciosité et du respect de la nature, de leur puissant effet, et des dangers afférents à une mauvaise utilisation.

Introduction à l’aromathérapie

Une huile essentielle est une substance fortement aromatique, présente dans les cellules de certaines plantes. Cette substance, appelée « essence », lorsqu’elle est encore dans la plante, prend le nom d’« huile essentielle » après distillation.

Les plantes s’en servent pour se protéger des prédateurs, attirer les insectes pollinisateurs, et pour toute sorte d’autres raisons qui nous échappent encore.
Il existe aujourd’hui entre 200 à 300 huiles essentielles, utilisées dans le monde entier.

La forte industrialisation initiée au XIXe siècle, et poursuivie au XXe siècle, a permis à l’Homme de faire de grandes découvertes, dans de nombreux domaines, et notamment d’améliorer sa manière de vivre et de travailler.

Cependant, tous ces progrès l’ont aussi peu à peu éloigné de son rapport quotidien à la nature.
L’enthousiasme actuel grandissant pour les huiles essentielles s’explique par ce besoin, presque primaire, de se reconnecter avec l’environnement, et de redécouvrir les vertus étonnantes des remèdes naturels.

Cet attrait ravive aussi le lien qui nous relie au végétal et au minéral.
Les huiles essentielles sont obtenues à partir de la distillation de certaines parties de la plante ou de la plante tout entière.

Cette extraction se fait à l’aide d’un alambic, le plus souvent en cuivre ou en inox.

La forme de distillation la plus courante est la distillation à la vapeur d’eau.

L’avantage indéniable des huiles essentielles est leur parfum.

C’est cet « arôme » qui donnera le terme «aromathérapie » au XXe siècle.
L’aromathérapie est en fait, l’utilisation des huiles essentielles dans un but thérapeutique.

Mêlées à des siècles d’histoire de la parfumerie, les huiles essentielles ont des propriétés étonnantes à différents niveaux (physique, mental, psychologique, émotionnel et spirituel).

Qu’elles soient inhalées à partir d’un flacon, diffusées dans l’air, ou diluées avec de l’huile et appliquées sur la peau, elles offrent généralement une sensation agréable.
L’utilisation des huiles essentielles remonte à plusieurs milliers d’années avant J.-C.

Comme pour le vin et le thé, elles existent aujourd’hui grâce à l’Homme.

Ce dernier a pris le temps de comprendre la plante, de savoir où et comment elle poussait, de déterminer quand la cueillir, comment l’utiliser et la transformer par un processus de distillation.
Comme pour le vin et le thé, c’est le point de rencontre de la nature et de la culture.

On parlera même, pour certaines huiles, de bonnes et de moins bonnes années, de terroirs, ou encore du type de distillation, notamment pour les distillations de bois ou de résine.

Et comme les vins, elles se bonifieront avec le temps.

Les excitants en alimentation


Le point que l’on va aborder est la stimulation. Une grande partie de notre alimentation actuelle est fortement stimulante.
On peut facilement s’en rendre compte en sautant un ou deux repas et constater à quel point on se sent épuisé.
Une alimentation est d’autant plus stimulante qu’elle est raffinée, le raffinage étant une des caractéristiques principales de notre alimentation moderne. La transformation fait que les aliments perdent une grande partie de leur contenu essentiel : les micro-nutriments. Ne reste alors que le contenu macro-nutritionnel : lipides, glucides, protéines. Cela peut expliquer l’épidémie d’obésité que l’on constate à l’échelle mondiale.
Le corps a besoin de macro et de micronutriments. Si vous le privez des seconds, le corps va redemander de la nourriture encore et encore afin de pourvoir à ses besoins.
En consommant trop de macronutriments, le corps finit par stocker et s’élargir tout en
restant en carence micro-nutritionnelle.

Parmi les stimulants, on trouve le café.
Celui-ci active le système nerveux sympathique, sans pour autant nourrir le corps. Le système nerveux sympathique étant catabolique, le café va stimuler le fait de brûler vos réserves. Sont également stimulants le sucre et le sel raffinés. Plus un produit est blanc, plus un produit est transformé, et plus il va être excitant.
Idéalement, la meilleure alternative est la force. Si vous êtes reposés et que votre corps fonctionne de manière adéquate, vous n’avez plus besoin d’excitant. Pour autant, on peut vouloir continuer à consommer ces produits ou leurs alternatives par goût.

  • Le café : si vous continuez à en consommer, choisissez le bio car la torréfaction des cafés non bio utilise du chlore (très toxique pour le corps). Vous pouvez éventuellement utiliser un succédané de café comme l’orge torréfié dont le goût va s’approcher du café sans avoir le côté excitant. A utiliser plus pour le goût que pour l’intérêt nutritionnel. Beaucoup mieux, vous pouvez consommer du gingembre. Une décoction de gingembre va être stimulante mais de façon très douce. Autre solution fabuleuse et très efficace si vous avez du mal à démarrer le matin : la douche froide. Elle va vous réveiller mais surtout augmenter votre vitalité au quotidien. La douche froide a plusieurs avantages. Premièrement cette stimulation est vertueuse car elle ne dépasse pas la capacité adaptative de votre organisme. Ensuite en hiver, vous allez avoir plus chaud. Et surtout, il n’y aura pas l’effet rebond que vous auriez avec le café dont la stimulation est de très courte durée appelant à consommer encore et encore d’autres cafés au cours de la journée.
  • Le sucre : le sucre blanc raffiné est une véritable catastrophe pour l’organisme. Il oblige le corps à produire une grosse quantité d’insuline créant des pics glycémiques qui représentent un stress majeur pour l’organisme et qui conduisent à l’épuisement. Attention : tous les sirops (sirop d’érable, d’agave, sève de bouleau…) sont des produits cuits transformés. Si au début, vous avez besoin de garder du sucre cristallisé, vous pouvez utiliser occasionnellement du sucre de coco qui a un index glycémique moindre. Mais là encore, il s’agit d’un produit transformé, donc limitez sa consommation. Il y a deux produits qui vont vous permettre de suppléer à ce besoin de sucre, mais de façon naturelle et complète : les fruits secs et le miel. L’avantage du miel est que vous pouvez le trouver localement. Choisissez un miel de qualité produit par un petit apiculteur qui n’exploite pas ses abeilles. Par son côté sucré il va être stimulant, mais cette stimulation va être compensée par l’apport de micro et macronutriments permettant au corps de pouvoir se mettre en action (à l’inverse du café qui stimule mais n’apporte rien). Les préparations crues comme cuites pourront être sucrées avec du miel. Autre choix vertueux : les fruits secs qui seront d’abord trempés avant d’être utilisés. On pourra alors récupérer d’un côté l’eau de trempage (pour sucrer des boissons par exemple) et de l’autre côté les fruits secs trempés (et donc plus digestes), qui pourront être incorporés dans une multitude de préparations. Un petit déjeuner délicieux et très digeste pour les enfants : un mélange d’oléagineux et de fruits secs trempés. Comme pour le miel, le pouvoir sucrant est bien présent tout comme l’apport en micronutriments.
  • Le sel : déjà, il y a une grande différence entre le sel blanc raffiné et le sel gris de Guérande non raffiné. Le sel gris n’a pas été lavé, contient des argiles, des algues et beaucoup plus de minéraux que le sel blanc. Le sel raffiné ne contient que du sodium et parce qu’il ne contient qu’un élément, conduit à l’épuisement de l’organisme. Donc si vous continuez à consommer du sel, choisissez du sel naturel non raffiné. Une bien meilleure alternative au sel, est d’utiliser des algues qui sont très riches en sels minéraux. Ce sont des aliments complets qui contiennent une large palette de micronutriments. Une dernière alternative au sel de table est l’eau de mer. Elle contient l’entièreté des minéraux que l’on retrouve dans le corps humain. Elle est difficile à trouver et il faut utiliser de l’eau de mer micro-filtrée, mais c’est un produit très bénéfique.

Les grands principes en Naturopathie


       ◊ La naturopathie est une médecine naturelle, qui vise à préserver et optimiser la santé globale de l’individu, ainsi qu’à aider l’organisme à s’auto régénérer grâce à des moyens naturels.

Cette médecine éducative, préventive et holistique utilise 10 techniques naturelles et spécifiques (alimentation, nutrithérapie, oligothérapie, psychologie, exercices physiques, réflexologie, aromathérapie, phytothérapie, hydrologie et techniques manuelles). Ces techniques permettent de contrer les troubles qui déséquilibrent notre santé.


      ◊ La naturopathie ne traite pas les symptômes (manifestations de la maladie), mais recherche et agit sur les causes : pour se faire elle s’intéresse à la qualité de vie de la personne sur ses différents plans d’existence (physique, psychologique, énergétique et spirituelle).

          ◊ La naturopathie repose sur 5 principes fondamentaux :

Le vitalisme : Notre corps, nos organes, nos cellules sont en relation avec une une énergie, qui organise, régule, répare nos fonctions organiques. C’est le « Chi », le « Qi », ou le « Prâna » des orientaux ou la  » force vitale  » en naturopathie. Prendre en compte cette force de Vie, c’est donner la primauté à la notion de terrain par rapport au symptôme.

L’humorisme : La naturopathie s’intéresse à la qualité de nos « humeurs » que sont : le sang, la lymphe mais aussi les liquides à l’intérieur et à l’extérieur des cellules. En effet, ces liquides qui composent les 2/3 du corps humain ont pour fonction de nourrir nos cellules. Le travail du naturopathe consiste à favoriser la libre circulation des « humeurs », étudier et corriger les toxines qui les surchargent afin de renforcer le terrain biologique.

L’hygiénisme : Ce concept s’apparente à la notion de mode de vie. L’hygiénisme met en avant les conditions adaptées à notre biologie et à notre psychologie pour pouvoir vivre pleinement sa santé ou la retrouver. L’hygiène de vie selon les naturopathes c’est : l’hygiène alimentaire, l’hygiène corporelle, l’hygiène physique, l’hygiène psychologique… et c’est aussi côtoyer régulièrement les éléments naturels : soleil, eau, air…

L’holisme : La naturopathie conçoit l’humain dans tous ses aspects (énergétique, psychologique, physique, spirituel et social…).

Le causalisme : La naturopathie cherche à corriger les causes profondes des troubles et ne s’intéresse pas au seul « symptôme », en modifiant certains comportements grâces à des corrections nécessaires : hygiène alimentaire, gestion du stress, toutes pratiques d’exercices physiques, drainage des surcharges potentielles…

Qu’est-ce que la méthode EFT et comment ça marche ?

EFT est un acronyme anglais qui signifie « Emotional Freedom Techniques » pour Techniques de libération émotionnelle. Techniques s’écrit avec un « s » car il existe plusieurs manières de se libérer émotionnellement.
Les principes de l’EFT s’appuient sur les fondations des thérapies conventionnelles et ancestrales avec la particularité de faire un pont entre l’Orient et l’Occident, entre la psychologie et l’acupuncture, plus précisément sa cousine : la digipuncture.
L’EFT est une variante émotionnelle de l’acupuncture qui se pratique sans aiguille.
C’est une technique « psychocorporelle » de traitement des blocages émotionnels liés à des événements passés, présents ou futurs. « Psycho » parce qu’il s’agit de penser à notre problème, et « corporelle » car nous stimulons certains points sur notre corps avec le bout de nos doigts. Ces points spécifiques se trouvent à l’extrémité des méridiens énergétiques, ceux décrits par la médecine traditionnelle chinoise il y a plus de 5000 ans.

(Emotional Freedom Techniques)
Techniques de libération émotionnelle

On pourrait dire que l’EFT est une forme d’acupression pour libérer les émotions négatives.

C’est une méthode rapide, efficace, amusante et facile à apprendre qui donne des résultats permanents et apporte souvent un soulagement là où d’autres thérapies ont échoué.

Cette méthode est utile pour toutes les émotions négatives telles que :

tristesse,
peur,
phobie,
colère,
dégoût,
honte,
anxiété,
culpabilité, etc…,

et peut également aider à résoudre les problèmes physiques :

douleurs, maigreur, obésité, mauvaise image de soi, etc…

ou à vous défaire de certaines manies :

tabagisme,
envies compulsives,
se laver les mains souvent,
bégaiement,
etc

L’EFT, comment ça marche ?

Il s’agit de tapoter ou de frotter doucement certains points spécifiques situés sur nos méridiens.
En tapotant ainsi tout en pensant à ce qui nous dérange (avec des phrases précises à répéter), on équilibre les méridiens perturbés.
Vous conservez la mémoire de l’évènement qui vous a dérangé, mais n’en ressentez plus la charge émotive qui l’accompagnait.
C’est dire comme cette méthode peut trouver de nombreuses utilisations.
Les enfants l’adorent car elle les aide à gérer de nombreux petits maux au quotidien :
peurs ou phobies (du noir, des araignées, de l’école…), colères, moqueries, anxiété de séparation, pipi au lit,..
Son efficacité est sans pareil pour se débarrasser des craintes , peurs et phobies et d’une rapidité époustouflante.

Comment se déroule une consultation de Naturopathie ?

      La première séance dure environ 1h30, mais comme je ne regarde pas ma montre celle-ci peut durer plus longtemps. Il est important lors d’une première rencontre de se laisser du temps pour : se présenter, échanger sur vos besoins, vous expliquer comment je travaille…

      Il s’agit d’un échange, d’une conversation, je vous pose des questions sur votre vie en générale, vos maladies passées, votre hérédité, les activités que vous pratiquez, ce que vous mangez, comment vous vous sentez… A l’aide de ces données, et à l’issu de notre séance je réalise avec vous une fiche de conseil.

Pour ce faire j’utilise différents outils :

       L’alimentation : un rééquilibrage alimentaire en fonction de vos besoins, carences et demandes (perte de poids, sportifs, végétariens, intolérants…).

      Les compléments alimentaires : ils permettent de fournir un complément de nutriments essentiels dont vous pourriez être carencé. Ils agissent au niveau nutritionnel et physiologique et répondent à des besoins spécifiques.

      Les plantes sous toutes leurs formes : bourgeons, gélules, tisanes, teintures mères, huiles essentielles…, qui, suivant leurs propriétés et leurs formes vont agir de différentes façon (drainantes, purifiantes, rééquilibrantes, calmantes, énergisantes…).

      L’hygiène de vie : activité physique, loisir, plaisir, passion… Le but est de trouver ensemble ce qui vous fait bouger, vibrer et surtout qui vous fait du bien au moral.

    Autres conseils : Orientation vers d’autres thérapeutes selon les besoins : sophrologue, ostéopathe, acupuncteur, hypnothérapeute, médecin…

      Le but de cette première séance est avant tout de faire le point sur vos besoins, mais aussi que vous puissiez repartir avec les premiers outils vous permettant de (re)prendre en main votre santé et votre bien être. En première intention on accordera toujours une grande importance à l’état émotionnel, partant du principe que l’on ne peut agir sur le physique tant que nous n’avons pas travaillé sur nos émotions, notre fatigue psychique, notre épuisement…

      Après ce premier entretien nous nous revoyons 2 ou 4 semaines plus tard afin de faire le point et de passer à un travail d’élimination, de reminéralisation ou autre.