Choisir une huile essentielle

Plusieurs critères sont nécessaires pour choisir une huile essentielle de qualité.

L’idéal est de connaître les producteurs et distillateurs, sinon d’avoir le maximum d’informations (origines, dates, méthodes) grâce à des revendeurs honnêtes et sérieux.

Vous devez ainsi être capable d’obtenir les informations suivantes (sur l’étiquette ou auprès du vendeur) :


– Le nom botanique de la plante en latin :
De nombreuses espèces botaniques existent pour une même plante, et elles n’ont pas toutes les
mêmes propriétés. Exemple : Eucalyptus globulus, Eucalyptus citriodora, Eucalyptus radiata.
N.B. : en plus du nom latin, vous constaterez aussi l’ajout des lettres ct. Il s’agit du chémotype : le
composant majoritaire de l’huile servant à identifier une plante par rapport à une autre, du même
genre et de la même espèce.


– Le pays d’origine de la plante :
Les composants biochimiques changeront selon le lieu de culture de la plante. Exemple : Le Géranium bourbon de Madagascar contient plus d’esters (calmants) que le Géranium rosat qui a plus de monoterpénols (toniques).


– La partie distillée :
L’effet de l’huile, et même sa qualité, dépend de la partie de la plante qui est distillée. La distillation
des aiguilles du Cedrus atlantica (Cèdre de l’Atlas) donne une huile euphorisante, alors que la
distillation de sa résine a des propriétés calmantes.


– La date de distillation :
Les essences d’agrumes ont une durée de vie très courte (un an environ), alors que les huiles
essentielles de racines et de bois se gardent bien plus longtemps et peuvent s’améliorer avec le
temps. Pour augmenter leur durée de vie, conservez toujours les huiles dans un endroit à l’abri de la lumière et de la chaleur, et évitez d’ouvrir le flacon pour limiter l’oxydation.
Ce phénomène de détérioration de l’huile se produit lorsque l’oxygène, la lumière ou la chaleur entre en contact avec l’huile essentielle. L’oxydation peut rendre une huile irritante pour la peau.
Elle intervient naturellement après une période de un à trois ans pour les huiles contenant une
majorité de monoterpènes, d’oxydes et de phénols, et plus lentement pour les autres familles
chimiques.


– La mention 100 % naturelle et pure :
Privilégiez les huiles issues d’une production biologique, surtout quand elles viennent de plantes
sauvages. Il est important d’avoir une origine claire de la part du revendeur ou du distillateur. Pour
connaître la pureté de l’huile, vous pourrez vous référer aux rapports GC/MS que les revendeurs
doivent vous fournir pour chaque huile.
Le GC/MS (Gas Chromotography/Mass Spectrometry) est l’appareil utilisé pour établir les analyses chimiques qui déterminent la composition d’une substance. Il est employé en aromathérapie pour déterminer avec précision les composants chimiques d’une huile essentielle, pour vérifier sa pureté, ou sa teneur en composants chimiques et autres produits (pesticides, molécules de synthèse…).


– Le prix :
Les huiles essentielles de qualité ne peuvent pas être bon marché vu le temps, le savoir-faire et la
quantité de plantes nécessaires à l’obtention de petites quantités d’huile (par exemple : pour 1 kg
d’huile essentielle de Rosa Damascena (Rose de Damas), il faut environ 4000 kg de roses). En
général, il est conseillé d’utiliser les huiles essentielles en très faible quantité, du fait de leur
préciosité et du respect de la nature, de leur puissant effet, et des dangers afférents à une mauvaise utilisation.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s